L’Évangile de Marc

L’Évangile de Marc est le plus ancien des évangiles du Nouveau Testament. Il a été rédigé alors que les Romains venaient de réprimer dans le sang une révolte juive en Judée. Comment s’y prend-on, dans un tel contexte, pour écrire un livre sur un Juif qui a été crucifié par les Romains ?

Traduit de l’allemand par Yvan Mudry

L’Évangile de Marc a sans doute été écrit à Rome, alors que ces terribles nouvelles provenaient de Judée1 : la révolte juive contre l’occupation avait été réprimée dans le sang ; en 70, après un long siège, les troupes romaines avaient conquis Jérusalem ; elles n’avaient pas seulement détruit la ville, mais aussi le temple, et avaient fait un carnage au sein de la population. Les personnes qui n’avaient pas été tuées ou n’avaient pas pu fuir avaient été vendues comme esclaves. Vespasien, commandant en chef de l’armée appelée à mâter la révolte, devenu empereur durant la campagne, fêta la victoire avec ses fils Titus et Domitien lors d’un cortège triomphal où défilèrent dans les rues de Rome des prisonniers de guerre juifs et des chars remplis d’objets provenant du temple. Des pièces de monnaie portant l’inscription « Judée conquise » furent frappées et mises en circulation. Et lorsque cela se produisit, au début des années 70, les adeptes du Christ vivant à Rome étaient encore traumatisés par la violence exercée par Néron, au début des années 60, qui avait fait beaucoup de victimes au sein de leur communauté.

Un livre sur un Juif Messie et Fils de Dieu

Dans un tel contexte, il n’allait pas du tout de soi d’écrire une livre sur un Juif crucifié par les Romains pour rébellion, que ses adeptes vénéraient en le qualifiant de Messie ou de Fils de Dieu. Il pouvait même être dangereux de le faire.

Le rédacteur du plus ancien des évangiles, que nous appellerons Marc conformément à la tradition ecclésiale – il est malheureusement impossible aujourd’hui de savoir qui c’était et comment il s’appelait – écrivit son histoire de Jésus en tenant compte très intelligemment des événements de son temps2. Dès la première phrase, il affirme clairement qu’il s’agit là de rien moins que d’un « évangile », d’une bonne nouvelle (Évangile de Marc 1,1). Aujourd’hui, nous connaissons bien ce mot, qui sert à désigner un livre sur Jésus ou encore l’ensemble de son message. Mais à l’époque, c’était un terme utilisé par la propagande romaine lors d’une victoire militaire ou d’autres événements heureux concernant l’empereur. Pour Marc en revanche, la vraie bonne nouvelle pour les personnes appelées à lire l’ouvrage, c’est l’histoire de Jésus.

Dans la phrase qui ouvre son livre, Marc attribue aussi deux titres importants à son personnage principal, Jésus : il est Messie et Fils de Dieu (Évangile de Marc 1,1). Après 2000 ans de socialisation chrétienne, cela nous paraît aujourd’hui aller de soi. Mais à l’époque, l’affirmation a dû sembler inouïe. Le messie – en grec christos, en latin christus – attendu par la population juive devait être d’ascendance royale, un « fils de David » qui relèverait le peuple d’Israël terrassé et le libèrerait de l’oppression et de la domination étrangère. Pour autant que nous le sachions, Jésus lui-même n’a pas dit qu’il était le Messie. Mais beaucoup de personnes qui l’avaient connu pensaient qu’il aurait bien pu l’être. Il était très risqué d’attribuer un tel titre à quelqu’un à l’époque où les Romains occupaient la Judée. Et voilà que Marc place ce terme tout au début de son ouvrage. Et plus loin, il dira clairement quel type de messie est Jésus : un messie qui souffre et meurt, et meurt même sur une croix. C’est précisément en cela qu’il est le « Messie » aux yeux de Marc.

Dans la tradition juive, le titre « Fils de Dieu » était utilisé d’une part pour le roi et, d’autre part, pour des personnes particulièrement proches de Dieu. Mais à l’époque où a été rédigé l’Évangile de Marc, d’autres figures se paraient de ce titre : les empereurs romains. Auguste avait été le premier à pousser le Sénat à « consacrer » – c’est-à-dire déclarer dieu – son père adoptif, Jules César, et donc à demander logiquement d’être appelé « fils d’un dieu », un titre qui figurera par exemple sur des pièces de monnaie. D’autres empereurs l’imitèrent. Mais pour Marc, l’affaire est entendue : Jésus est le véritable Fils de Dieu. Et à un moment aussi particulier que celui de la mort dramatique de Jésus, il met ces mots dans la bouche d’un personnage aussi typé qu’un officier romain :

« Cet homme était vraiment le Fils de Dieu. » (Évangile de Marc 15,39)

Ces brèves indications montrent à elles seules que lorsqu’il a écrit son livre, Marc a eu constamment à l’esprit le système symbolique romain qui avait alors une hégémonie culturelle. Il dévoile pas à pas ce qu’est pour lui l’évangile authentique et qui est le vrai fils de Dieu. Ce n’est pas un hasard si, au chapitre 5, une « légion » de démons se noie pitoyablement dans un lac, ou si, en Marc 8,27, lorsque Jésus se rend à Jérusalem, il part précisément de la « ville impériale » de Césarée de Philippe, un lieu d’où Vespasien lui aussi était parti lors de sa campagne militaire contre Jérusalem. Il faut bien comprendre ces références.

Le premier livre sur Jésus : un coup de maître !

Marc disposait sans doute de quelques textes lorsqu’il commença à rédiger son livre sur Jésus. Il possédait vraisemblablement un recueil de paraboles, une collection de miracles, quelques échanges virulents avec des adversaires et surtout un récit détaillé des souffrances et de la mort de Jésus. Il a ajouté d’autres éléments et surtout placé tous ces textes en bon ordre, en situant les différentes scènes dans des lieux et des paysages précis. C’est ainsi qu’il a rédigé un livre très bien conçu – à mes yeux de lectrice, un livre génial !

Le livre contient un prologue : Jean Baptiste signale la venue de Jésus. Celui-ci est baptisé par lui et résiste victorieusement à des tentations, dans le désert (Évangile de Marc 1,1-13).

L’annonce du Royaume de Dieu en Galilée

C’est là-dessus que s’ouvre la première grande section de l’ouvrage (Évangile de Marc 1,14-8,26). Les différentes scènes se déroulent surtout en Galilée et dans certains lieux proches. C’est l’heure où Jésus intervient publiquement autour du lac de Tibériade. Il commence à diffuser son message :

« Le moment est arrivé et le Royaume de Dieu est proche. Changez d’attitude et croyez à la bonne nouvelle ! » (Évangile de Marc 1,15)

Voilà donc ce qui intéresse Jésus : la proximité du Royaume de Dieu. Jésus était convaincu – sur le plan historique – que Dieu avait repris une fois pour toutes la barre de l’histoire du monde, que les forces hostiles à Dieu avaient été privées de leur pouvoir et que désormais le monde de Dieu, un monde bon, allait s’étendre irrésistiblement jusque sur la terre. Et Jésus se sentait appelé à permettre à chacun d’en faire l’expérience grâce à ses paroles et à ses actes.

Marc en rend magistralement compte dans son livre : il est le premier à montrer comment Jésus appelle des personnes à sa suite. C’est là un trait caractéristique de Jésus : ce n’est pas un héros hors-sol ; dès le début, il y a des gens qui se laissent interpeller par lui et partagent sa vie. Là-dessus Jésus commence à diffuser son message, en chassant des démons et en opérant des guérisons. Là où s’étend le nouveau monde de Dieu, il n’y a plus de place pour les pouvoirs néfastes que la Bible appelle « démons ». Alors est arrivée l’heure de fêter la venue du nouveau monde de Dieu. Aussi Jésus se retrouve-t-il à table avec toutes sortes de personnes, qui savourent littéralement ce nouveau monde en participant à des festins où les nourritures abondent. Là où ce monde s’étend, chacun peut prendre place à table et il y a assez à manger pour tous ! Cela concerne aussi celles et ceux qui ont trempé dans des affaires troubles. Les gens bien s’en indignent et ils reprochent à Jésus de « manger avec les collecteurs d’impôts et les pécheurs » (Évangile de Marc 2,16). Pour faire face et répondre à d’autres interrogations, celui-ci plaide pour la venue du Royaume en racontant de petites histoires très bien conçues : les paraboles.

La Galilée, c’est l’espace de l’essor. Jésus se hâte de diffuser son message, il passe de lieu en lieu, des foules viennent à lui, se laissent interpeller, recherchent la guérison – et s’interrogent sur son identité. Mais les seuls qui savent qui il est, ce sont les démons. C’est de leur bouche que nous apprenons quels sont ses vrais titres (dans l’optique de l’Évangile de Marc) : « Tu es le Saint de Dieu » ou « Tu es le Fils du Dieu Très-Haut. » Pour l’heure, tous les autres, y compris les disciples, n’y comprennent pas grand-chose.

En chemin, de la Galilée vers Jérusalem

Les choses changent dans la seconde section du livre. Celle-ci commence au nord du pays, dans la région de Césarée de Philippe, par une profession de foi enflammée de Pierre :

« Tu es le Messie. » (Évangile de Marc 8,29)

Cette profession de foi éclairante, nous en prenons enfin connaissance de la bouche du plus éminent des disciples. Mais, étonnamment, Jésus interdit d’en parler. À ce stade, on doit encore apprendre plus précisément ce que signifie cette expression : être le Messie.

Pour que les choses se précisent, Marc découpe la suite du parcours de Jésus vers Jérusalem au moyen de trois annonces de la passion et de la mort de Jésus. On découvre qu’en se rendant à Jérusalem, Jésus va au-devant de la souffrance et de la mort – mais aussi de la résurrection. Cela n’est manifestement pas facile à comprendre. La preuve, à trois reprises, le groupe des disciples prouve par ses réactions qu’il ne saisit pas vraiment le message. Et cela ne concerne pas seulement les disciples, car les personnes qui lisent le livre doivent elles aussi découvrir que Jésus n’est pas un messie ordinaire, et apprendre ce que cela signifie : marcher à sa suite. C’est peut-être s’exposer soi-même à la violence et aux persécutions, comme celles et ceux qui vivaient à Rome et croyaient au Christ en avaient fait l’expérience sous Néron, et comme ils en faisaient à nouveau l’expérience dans les années 70, où, face à l’hostilité ambiante, ils étaient tentés de quitter la communauté. La description de la montée de Jésus à Jérusalem est pour eux (et pour toutes celles et ceux qui lisent Marc aujourd’hui) une invitation à réfléchir à leur propre parcours de croyants.

La souffrance et la mort à Jérusalem

Au chapitre 11, Jésus entre enfin à Jérusalem. Là commence la troisième grande section du livre. Mais, après l’entrée triomphale, les tensions s’exacerbent et les conflits se multiplient dramatiquement. Dans cette partie du texte, il n’y a ni paraboles sur le Royaume de Dieu, ni guérisons ou expulsions de démons, ni grands repas comme en Galilée (à l’exception de la dernière cène). Au lieu de cela, Jésus est constamment mis à l’épreuve et impliqué dans des disputes ; il y a de plus en plus d’hostilité envers lui, on perçoit bien que le chemin pourrait conduire à la mort. C’est dans ce contexte que s’inscrit aussi le grand discours apocalyptique du chapitre 13.

C’est alors, à partir du chapitre 14, que se déroulent les événements de la passion. Après son onction par une femme inconnue à Béthanie, le dernier repas avec les siens et une prière au jardin de Gethsémani, Jésus est arrêté et jugé. Le préfet romain Ponce Pilate prononce la sentence de mort. Jésus est crucifié et meurt en poussant un cri déchirant. Et c’est à cet instant, face à cette mort bouleversante, qu’un officier romain dit ouvertement ce que lecteurs et lectrices du livre savent depuis la première phrase :

« Cet homme était vraiment le Fils de Dieu. » (Évangile de Marc 15,39)

À ce point du récit, la mort de Jésus a été soigneusement exposée. Aussi cette profession de foi peut même être prononcée par une personne humaine. Car il est alors clair que Jésus n’est pas seulement un guérisseur, quelqu’un qui chasse les démons de manière spectaculaire. Il est plus que cela. Il est le Messie, le Fils de Dieu, qui a connu la souffrance et la mort.

Une fin audacieuse

Mais ce n’est pas encore la fin du livre. Après l’ensevelissement, des femmes, disciples de Jésus (nous avons appris en 15,41 qu’elles l’ont toujours accompagné, depuis les jours passés en Galilée !) se rendent au tombeau. Celui-ci étant vide, elles apprennent l’époustouflante nouvelle : le crucifié a été ressuscité par Dieu. Et ce n’est pas tout, car il y a un autre message encore :

« Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit. » (Évangile de Marc 16,7)

La personne qui a lu l’Évangile de Marc à partir du début sait ce que signifie la Galilée. Elle est renvoyée à la première grande section du livre. Elle est invitée à la relire, en ayant cette fois en tête ce qui s’est passé le Vendredi saint et à Pâques. La Galilée, c’était le temps de l’essor, le temps où le Royaume de Dieu devenait palpable, où on pouvait en faire l’expérience dans les paroles et les actes de Jésus. Alors des personnes malades étaient guéries et il y avait assez de pain pour tout le monde. C’était le temps où les choses prenaient un sens et de nouveaux horizons s’ouvraient. Il s’agit donc de se mettre soi-même en chemin, de s’interroger sur les expériences qui ont du sens, et d’inscrire celles-ci dans sa propre vie. Car la Galilée, c’est la patrie et le quotidien des personnes qui suivent Jésus. Et c’est là, dans la Galilée de la vie ordinaire, que le ressuscité se fait « voir » – lorsqu’on suit son chemin.

Selon Marc 16,8 cependant, les femmes ne disent rien. Elles sont trop bouleversées, trop retournées intérieurement par leur expérience du divin. Il faut encore du temps avant que le message inouï puisse être traduit en mots. Mais le propos est clair : si les femmes se taisent, le message reste suspendu entre le tombeau et la vie. C’est une fin ouverte – elle ne dit pas ce qu’il advient du message. Il appartient aux lectrices et lecteurs du livre de le transmette. Ils sont invités à prendre le relais, à annoncer la nouvelle, à emprunter le chemin de Jésus dans « leur » Galilée3.

C’est là la fin audacieuse d’un livre audacieux4.

 

 

  1. Pour une présentation détaillée de l’Évangile de Marc, voir Sabine Bieberstein : Jesus und die Evangelien (Studiengang Theologie II,1), Zurich 2015, p. 39-111.
  2. Voir à ce propos Martin Ebner : Evangelium contra Evangelium. Das Markusevangelium und der Aufstieg der Flavier, dans: Biblische Notizen 116 (2003), p. 28-42; Bernhard Heininger: «Politische Theologie» im Markusevangelium. Der Aufstieg Vespasians zum Kaiser und der Abstieg Jesu zum Kreuz, dans : Idem : Die Inkulturation des Christentums. Aufsätze und Studien zum Neuen Testament und seiner Umwelt (WUNT 255), Tübingen 2010, p. 181-204; Heinz Blatz : Semantik der Macht. Eine zeit- und religionsgeschichtliche Studie zu den markinischen Wundererzählungen (NTA 59), Münster 2016.
  3. Voir Hermann-Josef Venetz : Er geht euch voraus nach Galiläa. Mit dem Markusevangelium auf dem Weg, Fribourg 2005 (nouv. éd. 2017).
  4. Les versets 16,9-20 ont été ajoutés par après à l’Évangile de Marc.

     

    Crédits photos Photo de titre: iStock/pichitstocke; Photo 1: photocase/nanihta; Photo 2: unsplash/gift habeshaw; Photo 3: unsplash/priscilla du preez; Photo 4: photocase/Fluegelwesen; Photo 5: unsplash/patrick fore

Prophètes et prophétesses bibliques – La/les voix de Dieu

On pense le plus souvent aujourd’hui qu’un prophète est une personne qui peut prévoir des événements qui se produiront dans un lointain avenir. Mais une telle définition ne s’applique pas pour les prophètes et prophétesses de la Bible. Traduit de l’allemand par Yvan Mudry Dans tout l’Orient Ancien, il y…

Lire la suite

Les histoires des grands ancêtres

Les récits concernant Abraham et Sara, Isaac et Rebecca, Jacob et Ésaü, ainsi que Joseph et ses frères ne sont pas des comptes rendus historiques évoquant des ancêtres nomades qui ont vécu dans la nuit des temps. C’est plutôt une réflexion, sous forme narrative, portant sur sa propre histoire, soit…

Lire la suite

Ciel Père, Terre Mère

« Pourquoi les Églises chrétiennes ont-elles oublié la Terre Mère et ne se sont-elles intéressées qu’au Ciel Père ? » Voilà ce que demandait une lectrice il y a quelques semaines dans la « Boîte aux lettres spirituelle » du magazine de la Ligue suisse des femmes catholiques. La question est tout à fait pertinente.…

Lire la suite

Voir une étoile dans la nuit

Sous nos latitudes, les lumières de l’avent, dans les rues et les maisons, redonnent du lustre à une période de l’année placée sous le signe de la nuit. Elles modifient l’ambiance et font de Noël quelque chose de romantique. Mieux encore, dans la tradition judéo-chrétienne, le symbole de la lumière…

Lire la suite

Commentaires

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *